Les Jardins de la Paix

Et l’ouvrage fut remis sur le métier, quatre ans plus tard. Changement de lieu, changement de genre, on s’en va du côté de la Ballastière, dans les gravières pour y interpréter «La Paix» d’Aristophane, comédie vieille de 2400 ans, que Jean-Louis Rais a adapté pour la circonstance.

Le décor naturel est stupéfiant, un train à vapeur, un étang, un silo géant pour monter au ciel, un temple grec enfoui sous des tas de sable.Chaque soir, plus de 350 participants interprètent cette histoire encore et toujours d’actualité, faire la guerre à la guerre, instaurer la Paix sur terre. Ils font éclater leur joie de jouer: on chante et on danse sous une lumière féerique. Trygée, personnage principal de la comédie s’envole au ciel sur le dos d’un scarabée géant suspendu au fil d’une grue. Chaque soir, la Paix enfermée dans un temple est déterrée à l’aide d’un ballet de deux pelles mécaniques. Ce spectacle, aux moyens modernes, parfois impressionnants, reprenait ce que l’esprit audacieux des Grecs imaginait sans pouvoir toujours le réaliser. En 1993 également, les entreprises de la région ont joué un rôle précieux, en particulier dans l’offre de prestations. Les effets les plus fous ont été créés grâce à leur concours. Comme le relatait un journaliste à la suite de la pre-mière, "Les Jardins de la Paix feront date dans les annales de la vie culturelle delémontaine". Et le livret du specta-cle, sous la plume des initiateurs relevait: «Hier les Jardins de la Liberté, aujourd’hui les Jardins de la Paix; demain les Jardins…».

Créateurs :

Mise en scène: Gérard Demierre
Assistant: Jacques Simon
Texte: Jean-Louis Rais
Musique: Matthias Ziegler John Mortimer
Décors: Stéphane Schindelholz
Costumes: Sonia Schindelholz
Chorégraphie: Nicole Kohler
Éclairages: Éric Gigandet

Chiffres-clé du spectacle

Nombre d’artistes et techniciens: 360
Nombre de représentations: 8
Spectateurs: 5000